Google+ Followers

Sunday, July 16, 2017

Prepare the soil of our hearts

Our God is constantly at work, preparing the soil of our hearts so that he can plant within us the seeds of his joy, so that he can share with us the profound gift of his forgiveness, so that he can reveal the true depth of his love within each of us.


Preparing for something new

Today’s gospel begins by setting the scene, as if to prepare us for the wisdom that Jesus has to share with us.  Great crowds gathered around him (Mt 13:1) to hear what he had to say.  Matthew doesn’t describe the crowd, but we can surmise that there were some who were young and others who were old; some who were eager to hear what he had to say, and others who were skeptical.  What was important was that they came to listen.  Like them, we too have gathered here to listen today, we have come to seek some wisdom, some guidance that might help us to live our faith in the coming week.

In answer to our quest, Jesus invites us to think of God as a farmer: a sower who goes out to sow seeds (Mt 13:3).  I have always found it easiest to picture this scene as taking place in the springtime, when we may be planting vegetable gardens, but this sower doesn’t worry about where the seeds are scattered.  It seems as though he doesn’t worry about whether the seeds fall on a path where it could be trodden underfoot (cf Mt 13:4), on rocky ground which hasn’t been prepared to nourish it (cf Mt 13:5), among thorns where it would have to compete for nourishment (cf Mt 13:7) or in rich soil where it would flourish (cf Mt 13:8).

Jesus is the divine sower, the one who is constantly at work scattering the seeds of his Word, and we are the soil into which this Word falls.  Perhaps this week, we should ask ourselves: how prepared are our hearts to receive the seed that Jesus has planted there?  Have we created our own plans for the way we want to live life?  Are we so insistent on following our own plans that we leave no room for God to show the way?  Perhaps our hearts have been hardened by our insistence on defining the path.  Perhaps there are rocks – preoccupations that keep us focused on ourselves and on our own ideas about how life should be lived.   In either case, there is no room for Jesus to surprise us, and where there is no room for surprise, there is no room for life to flourish.  Perhaps we are too often distracted by desires for achievement and success.  If this is the case, we may soon discover the thorns that distract us from following in the footsteps of our Master.

The good news is that God’s word is like the rain ... that comes down from heaven, and does not return there until it has watered the earth and prepared it so that it can bring forth and sprout (Is 55:10).  Preparing the soil of our hearts to receive the Word of God is never easy.  We must begin by identifying the ways in which we need to change in order to prepare the soil of our hearts.  Sometimes, this means that we will face sufferings and tribulations – change is hard work – but Saint Paul reminds us that the sufferings of this present time are not even worth comparing with the glory about to be revealed (Rom 8:18).

God is preparing something wonderful for each one of us, but we must be willing to prepare the soil of our hearts, so let us ask for the grace to keep them open and willing to welcome the seed of his word, and flexible enough to be shaped by his inspiration.


Préparons le terrain

L’extrait de l’évangile que nous avons entendu aujourd’hui nous met en présence de Jésus qui veut partager une parole de sagesse avec nous.  Une grande foule s’est assemblée autour de lui (Mt 13,1) afin d’entendre ce qu’il disait.  Saint Mathieu ne décrit pas la foule, mais nous pouvons bien comprendre qu’il y avait des jeunes et des moins jeunes; des personnes intéressées et d’autres qui avaient des doutes.  Ce qui est important c’est le fait qu’il y étaient et voulaient entendre ses paroles.  Nous aussi, nous sommes venus afin d’entendre aujourd’hui: nous sommes à la recherche de la sagesse qui pourrait nous aider à parcourir le chemin du disciple pendant la semaine qui s’annonce.

Jésus répond à notre attente en nous invitant à imaginer le Seigneur comme un fermier: un semeur sortit pour semer (Mt 13,3).  J’ai toujours imaginé cet histoire au printemps lorsqu’on sème les grains dans des plate bandes, mais le semeur décrit dans l’évangile est excessivement généreux en semant les graines.  Il ne s’inquiète pas de savoir si les graines tomberont sur un chemin où ils pourraient être foulé au pied (cf Mt 13,4), sur un sol rocheux qui n’a pas été préparé pour les nourrir (cf Mt 13,5), parmi les épines où ils devraient se battre pour croître (cf Mt 13,7) ou dans un sol riche où il prospérerait (cf Mt 13,8).

Jésus est le semeur divin, Celui qui est à l’oeuvre répandant les grains de sa Parole, et nous sommes le sol dans lequel cette Parole trouve place.  Peut-être que cette semaine, nous devrons nous demander: nos coeurs, sont-il prêts à recevoir la parole qui y est semée par le Seigneur?  Avons nous fixé nos propres plans pour notre manière de vivre sur terre?  Sommes-nous si fermés sur nos propres projets qu’il n’y a plus d’espace pour que Jésus agisse?  Peut-être que nos coeurs sont tellement endurcis par notre insistance à définir le chemin.  Y a-t-il des pierres – c’est à dire des préoccupations qui nous rendent incapables de faire place au Seigneur car nous sommes tellement concentrés sur nous-même?  Il faut toujours laisser de l’espace pour que Dieu nous surprenne car s’il n’y a pas d’espace pour des surprises, il nous serait impossible de nous épanouir.  Il se peut que nous soyons trop distraits par le désir de la réussite.  Si oui, nous pourrons bientôt découvrir des épines qui nous empêchent de suivre les traces de notre Seigneur.

La bonne nouvelle que nous rencontrons ici c’est le fait que la parole du Seigneur est comme la pluie ... qui descend des cieux, et n’y retourne pas sans avoir arrosé la terre, sans avoir la préparée pour qu’elle soit féconde et que les plantes grandissent (Is 55,10).  Préparer le coeur pour qu’il reçoivent la parole du Seigneur, ce n’est pas facile.  Il faut d’abord identifier ce qu’il faut nous changer en nous et  bien préparer nos coeurs pour qu’ils puissent faire place à la semence.  Parfois, il s’agit des souffrances mais Saint Paul nous rappelle : les souffrances des temps présent ne saurait être comparées à la gloire à venir (Rom 8,18).

Le Seigneur est en train de préparer quelque chose de merveilleux pour chacun de nous,  mais c’est à nous de préparer le terrain de nos coeurs.  Alors demandons la grâce de les garder ouverts et prêts à accueillir la semence de sa parole, et en même temps assez souple pour qu’ils puissent être formés par son inspiration.
Post a Comment